Runes nordiques viking: signification, origines

Runes proto-germaniques des pays nordiques, scandinaves et anglo-saxons
Par KarmaWeather - 27 août 2020
© KarmaWeather by Konbi - Tous droits réservés

Les runes sont les voies de la sagesse et de la connaissance des anciens peuples germaniques goths, anglo-saxons et viking.

Découvrez les origines historiques et mythologiques des runes nordiques, leur utilisation comme système d'écriture et leur signification magique et divinatoire. Cet article comprend également la liste complète des 24 runes de l'alphabet futhark, avec pour chaque caractère runique son nom, sa signification traditionnelle et son symbole (caractère runique).

Origine des runes

Les runes nordiques ou proto-germaniques constituent l'alphabet original des peuples germaniques orientaux (de langue gothique) et septentrionaux (de langue nordique), qui les ont adoptées comme système d'écriture avant que le latin finisse par s'imposer dans toute l'Europe en même temps que le christianisme. Les premières traces historiques de l'écriture runique remontent au Ie siècle même si leur utilisation est probablement bien plus ancienne. La racine indo-européenne du préfixe "ru" du mot "rune" signifie le mystère, le secret ou le murmure, ce qui sous-entend clairement une tradition orale pré-datant la création de l'alphabet runique (le futhark).

Que ce soit en vieil irlandais ("rún": mystère, secret), en vieil anglais ("runian": murmurer, chuchoter), en vieux-nordique ("run": mystère, secret), en gothique ("rúna": secret, monde mystérieux), en lithuanien ("runat": parler), en allemand moderne ("raunen": murmurer, chuchoter) ou même en égyptien ("ren": nom secret), la persistence et l'étendue géographique du mot "rune", avec toujours un signifiant quasi identique ou équivalent, témoigne là encore d'une pratique ancestrale qui s'inscrit hors du champ historique pour rejoindre les légendes et les mythes fondateurs. Des études scientifiques récentes tendent à démontrer que la plupart des contes populaires des peuples indo-européens, tels ceux rassemblés au XIXe siècle par les frères Grimm et repris au XXe siècle par Walt Disney pourraient remonter à plus de 6000 ans.

Si le mot contemporain "rune" a une racine latine moins poétique et beaucoup plus pragmatique ("runa": caractère runique des peuples nordiques), il n'en demeure pas moins qu'une forte empreinte mystérieuse continue à ce jour d'envelopper les runes. Les origines des runes, leur signification profonde, leur rôle dans la vie courante des peuples germaniques, scandinaves et anglo-saxons ou encore les pratiques divinatoires auxquelles les runes étaient associées, sont encore l'objet de recherches et divisent les spécialistes qui se passionnent pour la runéologie depuis le XIXe siècle. Chaque découverte archéologique d'un ancien site funéraire en Suède, en Norvège, au Danemark, en Islande et partout ailleurs en Europe peut à tout moment bouleverser la compréhension des modes de vie nordiques et viking et permettre de lever un peu plus le mystère des runes.

Certains chercheurs furent longtemps persuadé de l'origine gréco-latine des runes. Toutefois, le grec ayant des racines étrusques et le latin des racines grecques, il semblerait qu'en réalité les runes aient des racines mixtes entre l'Europe du Sud (alphabet étrusque) et l'Europe du Nord, via une tribu germanique possédant un langage symbolique et magique héritier des pictogrammes scandinaves. Ce serait donc à la faveur des nombreux échanges commerciaux qui avaient lieu en Europe pendant l'Âge de Bronze que fusionnèrent l'alphabet étrusque et les proto-symboles sacrés nordiques.

Rappel: cet article traite spécifiquement des runes nordiques viking et non des runes celtiques. Très présentes en Irlande, les runes celtiques (les oghams) étaient principalement utilisées par les celtes et les gaulois à l'époque de Jules César, qui en interdit l'usage. Tout comme le futhark, l'alphabet ogham est runique. Si des correspondances existent entre ces deux alphabets anciens, il s'agit cependant de deux systèmes distincts, aussi bien dans leur graphie (leurs symboles) que leurs usages littéraires, pratiques et magiques.

Mythologie nordique

La fonction magique et divinatoire des runes repose, outre le sens caché des symboles runiques qui n'ont pas livré tous leurs secrets à ce jour, sur la mythologie nordique, c'est-à-dire l'ancienne religion nordique avant qu'elle ne soit supplantée par le christianisme. Selon la mythologie viking, le dieu Odin règne sur Asgaard, l'un des 9 mondes, Midgard (le monde du milieu) étant occupé par les hommes et Svartalfheim étant le monde des nains.

Chacun des 9 mondes, organisé sur trois niveaux principaux, est habité par des peuples différents. Il s'agit donc d'un multivers, puisque selon les anciens peuples nordiques, le cosmos est contenu au sein d'un arbre monde central, le Yggdrasil, qui contient et relie à la fois ces 9 mondes indépendants. Odin est l'un des dieux primordiaux, présent bien avant la création des hommes. La légende le crédite de l'invention ou plutôt de la découverte des runes, à travers le récit de son auto-sacrifice rituel à Yggdrasil, l'arbre cosmique des 9 mondes. Odin s'attache par les pieds à l'arbre sacré, se transperce d'une lance et reste pendu la tête en bas pendant 9 nuits complète, avec comme objectif d'acquérir à la fois la sagesse et la connaissance.* À la fin du 9ème jour, Odin tombe de l'arbre et pendant sa chute révèle à lui-même et à l'univers le nom de chaque rune. Il connaît dès lors le nom, la valeur, la signification et les symboles de toute chose cachée et mystérieuse dans l'univers.**

* Il est tentant de comparer le rite initiatique d'Odin, pendu à Yggdrasil pour acquérir la sagesse et la connaissance avec l'épisode de la Genèse quand Adam et Ève goûtent au fruit interdit du Jardin d'Eden qui leur donne accès à la connaissance du bien et du mal. Leur bannissement du Jardin d'Eden est d'ailleurs consécutif à la crainte qu'a Dieu qu'ils puissent par la suite goûter à l'autre arbre qui leur était interdit, l'arbre de la vie éternelle (Genèse 3:22).
** Dans le prologue de l'évangile de Saint Jean, celui-ci écrit dans son premier verset: "Au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu". Le verbe, c'est-à-dire la parole, précède donc toute création et se confond avec Dieu lui-même. Jean rappelle que l'acte de création divin est un souffle qui passe par le verbe: "Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut." (Genèse 1:3). Dans la religion nordique, Odin a beau être le plus puissant des dieux, il n'est pas omnipotent et omniscient pour autant. C'est pourquoi, de même que Bouddha et Jésus qui vécurent leurs propres épreuves, Odin a recours à une expérience initiatique sacrificielle pour accéder à la sagesse et à la connaissance du sens caché des choses, à la communion cosmique. Par ailleurs, on retrouve bien le pouvoir des mots comme medium de création magique de la réalité au travers la construction phonosémantique des runes. Il n'y a pas de pensée possible sans le language. La création du monde est donc d'abord le fruit d'une pensée qui prend corps par l'expression du language.

L'alphabet futhark

Les runes forment un alphabet, le futhark. Tout comme Alphabet est la contraction des deux première lettres de l'alphabet grecque (Alpha et Beta), futhark correspond au six premiers caractère runiques; F pour ᛓ, U pour ᚢ, TH pour ᚦ, A pour ᚨ, R pour ᚱ et K pour ᚲ. Le futhark comprend 24 runes dans sa version la plus complète et seulement 16 signes dans sa forme simplifiée. Chaque caractère runique est la retranscription d'un son et d'un phonème permettant d'écrire des mots et des phrases, de la même façon que l'alphabet grec ou latin.

Alphabet futhark, runes divinatoires et dieux nordiques

Rune Phonème Caractère Signification divinatoire
(rune à l'endroit)
Dieu nordique
1 Fehu F Fortune, abondance, succès Frey, Njord, Freya
2 Uruz U Force primordiale, santé Thor
3 Thurisaz Th Force brute, protection Thor
4 Ansuz A Communication, présages Odin
5 Raido R Voyage, action honorable Ing
6 Kaunaz K Créativité, transmission du savoir Heimdall
7 Gebo G Don, générosité, réciprocité Odin, Thor
8 Wunjo W Félicité, prospérité, confiance Frigga
9 Hagalaz H Destin, héritage, sacrifice Urd (Norne du passé)
10 Nauthiz N Contrainte, ruse, avertissement Skuld (Norne du futur)
11 Isa I Immobilisation, conscience de soi Verdandi (Norne du présent)
12 Jera Y Récolte, résultats des efforts Nertus
13 Iwaz I Longévité, protection, ancrage Ullr
14 Perthro P Secret, magie, destin, hasard, enfance 3 déesses de la destinée (Urd, Verdandi, Skuld)
15 Algiz Z Protection, chance, spiritualité Heimdall
16 Sowelu S Plénitude, réconciliation, persuasion Baldur
17 Teiwaz T Planification, logique, victoire au combat Tyr
18 Berkana B Croissance, fertilité, naissance Hlín
19 Ehwaz E Changement, découverte, communication Odin (et son cheval Sleipnir)
20 Mannaz M Mémoire, clairvoyance, transmission des secrets Heimdal
21 Laguz L Eau, vitalité, fertilité, purification, guérison Aegir
22 Ingwaz Ng Paix, fertilité, plaisr sexuel, abondance, héroïsme Frey
23 Dagaz D Union fertile, mariage, espoir Dellingr
24 Othila O Racines, possessions matérielles, héritage Odin

Signification des runes

Rôle et fonction des runes

Sans vouloir caricaturer en deux écoles les runéologues, force est de constater que deux courants s'opposent: d'une part ceux qui croient en une symbolique mystico-magique quasi-systématique des usages des runes et de l'autre les rationalistes, pour qui l'alphabet runique avait un usage pratique exclusif de retranscription littérale. Comme souvent quand il s'agit d'interpréter les époques anciennes, la réalité est très probablement mixte. L'utilisation talismanique et divinatoire des runes est pourtant avérée, comme l'attestent des formules magiques ou prophétiques que l'on a pu retrouver, notamment la célèbre pierre de Björketop, qui date du VIIe siècle. L'usage magique des runes ressemble quelque peu à l'usage des hiéroglyphes égyptiens; l'inscription renforce la dimension magique de l'objet et la puissance de l'incantation est d'autant plus forte lorsqu'elle reste masquée des mortels.

Que ceux-ci soient gravés dans la pierre, un morceau de corne ou de cuir, les traces historiques et archéologiques des runes semblent privilégier les inscriptions courtes. La graphie des symboles runiques favorise d'ailleurs plutôt une application pour de la gravure sur pierre et autres surfaces dures. Notons en aparté que c'est aussi le cas pour l'alphabet latin, qui au départ est principalement majuscule, donc plus angulaire et adapté aux outils des tailleurs et ciseleurs de pierres de l'empire romain.

Les runes divinatoires

L'historien romain Tacite relate au 1er siècle le tirage de runes dans son ouvrage "La Germanie", au cours duquel des lamelles de bois de noisetier sur lesquelles des symboles sont gravés sont ensuite jetées sur un drap blanc, puis l'oracle en choisit 3 au hasard et interprète leur signification. Ensuite, selon que la lecture divinatoire est positive ou pas, l'action envisagée est engagée ou reportée à plus tard. Bien que l'alphabet runique ne semblait pas avoir déjà été formalisé à cette époque, ce type de tirage divinatoire, dont la formule semble assez similaire au tirage des osselets, devait se faire à l'aide de symboles pré-runiques, c'est-à-dire des symboles magiques chamaniques nordiques anciens.

Quant à la façon dont l'interprétation divinatoire des runes peut être envisagée, certaines croyances considèrent que l'ensemble des 12 salles de Hasgard, chacune étant dirigée par un dieu (exactement comme les 12 dieux de l'Olympe), est symbolisée par 3 runes. Chaque trio de rune peut également être associé à une période calendaire spécifique. Ainsi, en fonction de votre date de naissance, il est possible de déterminer à quelle maison divine vous appartenez et quelles sont vos runes personnelles. Connaître ses runes personnelles de naissance permet d'avoir un socle de lecture dans la perspective de tirages divinatoires en réponse à des questions précises. Dans une approche plus classique des tirages divinatoires des runes, qui se rapproche du tirage à 3 cartes du tarot et de l'exemple relaté par Tacite, chaque rune peut être associée à un Dieu nordique et aux pouvoirs, vertus et symboles qui lui sont associés. De même, tout comme le tarot, une rune renversée a une signification inversée.

© KarmaWeather by Konbi - Tous droits réservés
Protection des droits d’auteur: Reproduction strictement interdite sans accord préalable. Toute infraction fera l’objet d’une demande DMCA auprès de Google.Avis de non-responsabilité: Veuillez noter que l’utilisation de plantes médicinales, sous quelque forme que ce soit, doit toujours être envisagée après consultation d’un médecin, en particulier pour les femmes enceintes ou allaitantes, ainsi que pour les jeunes enfants. De la même manière, les cristaux et les pierres ne peuvent être considérés que comme un support pour un traitement médical et jamais comme une substitution. Ils sont communément appelés cristaux de guérison pour leur action sur les chakras, sachant que ceux-ci n’ont aucune application dans la médecine moderne.